Parquet à bâtons rompus

Sommaire

Le parquet à bâtons rompus est un type de pose de parquet ancien encore très pratiqué, à ne pas confondre avec le parquet en point de Hongrie ! Ce type de pose spéciale revient à la mode, aussi bien pour les projets rustiques que pour les projets contemporains. Comme pour tous les parquets d’aujourd’hui, on peut les acheter directement finis et teintés, prêts à poser, mais la pose reste tout de même technique.

Parquet à bâtons rompus : définition, couleurs et finitions

Définition

La pose est possible avec des parquets massifs ou contrecollés. Les industriels du revêtement de sol stratifié se sont récemment penchés sur la question et on trouve maintenant des offres pour ce type de pose.

On le connaît la majeure partie du temps en chêne, mais on peut réaliser un parquet en bâtons rompus avec n’importe quel bois. Il s’agit surtout d’une fabrication bien particulière avec un motif bien particulier.

Le principe est simple : toutes les lames sont impérativement de la même longueur, à déterminer au départ. Le petit côté de la lame vient s’emboîter dans le grand côté perpendiculairement. On obtient ainsi des lames posées en angle droit.

Remarque : l’usinage est donc bien particulier, et il y a des lames gauches et des lames droites.

 

Couleurs et finitions

Les parquets massifs à bâtons rompus peuvent être vendus bruts et à finir sur place (teintés, vernis ou huilés). Les industriels sont néanmoins capables de les finir en usine.

Les parquets contrecollés à bâtons rompus sont par contre souvent déjà finis, notamment ceux en chêne vernis.

Bon à savoir : néanmoins, toutes les teintes sont possibles à faire réaliser directement en usine ; il suffit de s’adresser à un professionnel du parquet qui saura vous conseiller.

Parquet à bâtons rompus : les formats possibles

Parquets massifs

Les formats traditionnels des parquets massifs à bâtons rompus se retrouvent aussi bien pour leur version à clouer (en 20/23 mm d’épaisseur) que pour leur version à coller (en 14/15 mm d’épaisseur) :

  • largeurs les plus courantes : 70, 90, 100, 110, 130 mm ;
  • longueurs les plus courantes : 400, 500, 600, 700 mm.

Important : on peut faire fabriquer du bâton rompu à des longueurs très précises. Il faut seulement être très sûr de son calepinage.

À noter : le calepinage est le plan précis des pièces avec l'emplacement des lames de bâtons rompus et permet de connaître le nombre précis de lames à poser. Ce sont souvent les professionnels qui établissent ce plan, mais rien ne vous empêche de dessiner vos lames à l'échelle pour avoir une idée du rendu. Tous les types de parquets se calepinent.

L’usage aujourd’hui veut que l’on commande des longueurs standardisées, que l’on recoupe sur place sur les deux rangées périphériques.

On peut réaliser des poses en bâtons rompus avec du parquet massif de petit format, dit « planchette ». Il s’agit de lames de bois massif sans rainure ni languette, que l’on peut coller bord à bord. Les formats des planchettes sont : 10 x 50 x 250, ou 10 x 60 x 300 mm (épaisseur x largeur x longueur). Rien n’empêche donc de les poser perpendiculairement pour un parquet à bâtons rompus pour petit budget !

Parquets contrecollés

Ces formats standards ont été repris par les parquets contrecollés. Mais pas seulement. Avec des parquets contrecollés, les largeurs peuvent augmenter, et on peut donc fabriquer des parquets en bâtons rompus sur de grandes largeurs et de grandes longueurs.

Cela donne un effet déco totalement différent, mais qui doit être étudié en amont. On parle alors de « parquet sur mesure ».

Exemple : on peut fabriquer un parquet contrecollé en bâtons rompus sur une largeur de 180 mm et une longueur de 1 500 mm.

Parquet à bâtons rompus : calcul de la surface et pose

Calcul de la surface

Le calcul de la surface se fait de façon normale, pièce par pièce. On multiplie la largeur par la longueur de la pièce pour avoir la quantité nécessaire en m².

Il faut prévoir environ 12 % de chutes.

Bon à savoir : un professionnel pourra vous établir un calepinage précis.

Pose

La pose de parquet à bâtons rompus peut être réalisée selon les mêmes techniques que pour tout parquet : pose clouée, pose collée, ou pose flottante (réservée aux versions pour les contrecollés et stratifiés).

La pose doit être démarrée au milieu de la pièce et aller vers les murs périphériques, surtout pas l’inverse !

Attention : il ne faut pas mélanger les lames gauches et droites, sinon la pose, pas forcément compliquée au départ, va se transformer en un grand puzzle !

Le parquet traditionnel est usiné avec une rainure et une languette. On emboîte la languette dans la rainure pour assembler les lames entre elles. On parle aussi des côtés « mâles et femelles ».

Remarque : certains fabricants fabriquent des parquets à bâtons rompus sans languettes, uniquement avec des rainures. C’est ce qu’on appelle un parquet « double rainure/fausse languette ». Il n’y a plus de sens de lames. Un fardeau de petites languettes à glisser dans les rainures pour assembler les lames au fur et à mesure est fourni. La pose en bâtons rompus devient beaucoup plus facile avec ce système !

Parquet à bâtons rompus : le budget

Tout dépend du type de bois, de son choix, du format et de la finition choisie.

Pour un parquet massif  90 x 14 cm en chêne rustique vernis, sur une longueur de 600 mm, comptez 95 €/m².

Pour le format planchette brute, comptez environ 35 €/m².

Pour un contrecollé de mêmes dimensions, il faut compter 75 €/m² environ.

Pour un stratifié, comptez environ 35 €/m².

Ces pros peuvent vous aider