DTU 51.11

Sommaire

Le document technique unifié 51.11 de décembre 2009 (DTU 51.11) est le document de référence relatif aux règles générales de pose des parquets contrecollés et revêtements de sol à placage bois. Par extension, on s’y réfère également pour les revêtements de sols stratifiés.

Comme tous les DTU, il s’agit du livre de chevet du poseur spécialiste. En cas de dommages sur un chantier, c’est sur ce document qu’un expert s’appuiera, avec évidemment les préconisations du fabricant de parquet. Si les règles ne sont pas respectées, c’est le poseur qui sera tenu pour responsable.

DTU 51.11 : les règles principales

Le DTU 51.11 est un document composé de 3 cahiers techniques :

  • le cahier des clauses techniques (P-1) ;
  • les critères généraux des choix de matériaux (P1-2) ;
  • le cahier des clauses spéciales (P2).

Support

Comme pour tout revêtement de sol, le support qui va le recevoir doit respecter des exigences précises. La règle se résume en une phrase : le support doit être sec, plan, propre et sain. Le DTU encadre les poses flottantes sur les supports béton, les planchers, les chapes et dalles flottantes et les chapes fluides.

Voici les règles de base concernant le support :

  • Il doit être propre, débarrassé et dépoussiéré.
  • Il doit être plan : la tolérance de planéité est de 5 mm sous la règle de 2 mètres pour tous les supports. Pour rétablir une planéité dans la tolérance, on applique en général un primaire et un ragréage.
  • Il doit être sec : l’humidité dans le support ne doit pas excéder 3 % à 2 cm de profondeur et 4,5 % à 4 cm. Les seuls appareils reconnus pour un test d’humidité de support sont la sonde hygrométrique et la bombe à carbure. Seuls leurs résultats seront pris en compte en cas d’expertise. Une annexe complète dans le DTU 51.11 concerne la bonne utilisation de la bombe à carbure pour tester le support.

Attention : si le poseur constate un problème de support, il ne doit pas poser en l’état.

Humidité des locaux

Si le support est l’élément le plus important pour la préparation d’un chantier, il ne s’agit pas du seul élément à prendre en compte lors d’une pose flottante. En effet, les parquets sont également sensibles à l’humidité dans l’air. La pose flottante doit être réalisée dans un local dont l’hygrométrie est entre 40 et 65 %. Si ce n’est pas le cas, il faut impérativement procéder à une déshumidification ou une aération pour que l’hygrométrie de l’air soit stabilisée autour de 50 %.

Les parquets sont stabilisés en usine selon des normes très strictes pour être livrés à une hygrométrie entre 7 et 11 %, afin de s’adapter à l’hygrométrie d’air stipulée plus haut. Il s’agit de la courbe hygroscopique des bois : on ne stabilise pas les bois de la même façon selon les pays. Lorsque l’humidité ambiante est supérieure à la norme, le bois doit être stabilisé avec une humidité supérieure pour être stable.

À noter : on teste cette humidité dans l’air grâce à un humidimètre adapté. L’humidité dans l’air doit être contrôlée et préservée tout au long de la pose.

Les sous-couches

Sur tout support susceptible d’avoir une remontée d’humidité, la pose d’un film en polyéthylène souple d’au moins 150 microns est impérative. On y ajoute ensuite une sous-couche d’isolation acoustique.

Les sous-couches « traditionnelles » sont en rouleaux de mousse polyéthylène, des dalles de liège, des panneaux de fibres de bois ou des thibaudes d’épaisseur de 5 à 10 mm. Tout dépend de la performance recherchée.

 

DTU 51.11 : la mise en œuvre

Toutes les règles précises de pose flottante de parquets sont encadrées par le DTU 51.11. Voici un résumé des règles principales à suivre.

Le type de pose

Sauf indication contraire dans le descriptif, on pose le parquet flottant « à l’anglaise à coupe perdue ». Un des côtés des parquets flottants est parallèle à un mur. L’orientation des lames est définie dans le DTU 51.11. Pour des lames à l’anglaise, elles devront être parallèles à la longueur de la pièce à parqueter.

Le document présente de nombreux schémas sur les différents types de pose : pose en coupe de pierre, pose en point de Hongrie, pose à bâtons rompus, pose de panneaux.

À noter : l’orientation de la pose reste un choix esthétique et on peut tout à fait poser dans l’orientation que l’on souhaite. Il s’agit d’une indication logique.

Le fractionnement

Attention, on ne peut pas poser de parquet flottant d'un seul tenant au-delà d’une longueur de 8 mètres. Au-delà de cette longueur, on doit fractionner avec des profils ou des barres de seuils prévus à cet effet.

Certains fabricants indiquent des longueurs de fractionnement supérieures à 8 mètres. C’est leur préconisation qui fera foi en cas de dommages. S’il n’y a aucune indication, c’est le DTU qui impose la règle.

Le jeu de dilatation

Il s’agit d’une des règles les plus importantes dans la mise en œuvre d’un parquet flottant ! Le parquet flottant ne doit venir en contact avec aucun élément qui pourrait empêcher sa dilatation naturelle. La règle de dilatation est de 0,15 % des plus grandes dimensions couvertes par le parquet, avec un minimum impératif de 8 mm.

On doit également respecter cette règle autour des huisseries de portes mais également autour de tuyaux de chauffage éventuels. Si cette règle n’est pas respectée scrupuleusement, le sol ne pourra pas se dilater et finira par se lever à divers endroits.

Pour une pièce de 5 mètres de long et 4 mètres de large, la dilatation dans la longueur doit être de 7,5 mm et de 6 mm pour la largeur donc 8 mm.

L’assemblage des éléments

Les parquets flottants se présentent de deux façons :

  • En « rainure et languette » : la pose se fera donc flottante, mais il sera nécessaire de coller les languettes dans les rainures de chaque lame.
  • En assemblage de verrouillage : dit plus vulgairement « clic ». Les lames bénéficient d’un système d’assemblage entre elles qui les bloquent sans utilisation de colle.

Le choix des matériaux selon le DTU 51.11

Le choix des matériaux est spécifié dans le second cahier du DTU 51.11. Il s’agit en fait des éléments techniques des parquets : les essences de bois, la réaction au feu, les émissions de COV, la glissance, l’acoustique, etc. Tous ces éléments techniques renvoient sur d’autres normes existantes ou sur les préconisations des fabricants.

Les annexes du DTU 51.11

Le document présente de nombreuses annexes importantes. En voici quelques-unes :

  • les classements conventionnels au feu des parquets ;
  • la courbe hygroscopique des bois ;
  • les schémas d’orientation des lames pour une pose à l’anglaise ;
  • la marche à suivre pour l’utilisation d’une bombe à carbure ;
  • le rapport de conductivité thermique des bois (utile pour les poses sur chauffage au sol).

DTU 51.11 : où le trouver ?

Le DTU 51.11 est un document non transmissible, disponible sur la boutique AFNOR. Son prix est de 61,19 € H.T. Ce document est destiné aux professionnels du revêtement de sol et de la pose.

Ces pros peuvent vous aider